Un jour végétarien dans les cantines new-yorkaises

Belle rencontre avec Gilles, grand chef du bio vég…
27 novembre 2009
« une agriculture sans pesticides, simple utopie ou réel défi? »
16 mars 2010

Après la Belgique, c’est la ville de New-York qui envisage de créer un jour végétarien dans ses cantines. Si ce nouveau rituel entrait en vigueur, il y aurait un impact direct sur la consommation de viande mais aurait surtout une valeur pédagogique pour apprendre aux générations futures à se nourrir autrement.

L’initiative est soutenue par des assos écolos, qui rappellent que la consommation quotidienne de viande fait partie des facteurs importants de la dégradation de notre éco-système : émissions de CO2, consommation d’eau, hold-up sur les terres agricoles, l’élevage intensif fait mal à la planète.

Pour sensibiliser toute la population à ce “meatless mondays”, l’association du même nom met en ligne des “recettes du lundi” comme le potage de carottes aux chips de panais ou le wrap épinard-tofu. Et pour convaincre les récalcitrants pour qui l’american way of life passe par le hamburger, ils adaptent une à une les recettes des muffins et autres hot dogs si prisés pour inventer leurs antidotes éco-compatibles.

Un travail de titan, sans doute, au pays de la malbouffe mais qui rencontre un écho croissant.

voir : www.meatlessmonday.com

6 Comments

  1. Ludovic Bodin dit :

    Merci à Mathilde Serrell et Antoine Blin, les auteurs du blog bonnenouvelle

  2. Richer dit :

    Bonjour
    superbe initiative, moi je suis végétarienne depuis 20 ans, je ne supportais plus de savoir que des bêtes soient mal traités lors de leur élevage et puis j’aime trop les animaux pour les manger. Bien sûr je ne suis pas contre que l’on mange de la viande mais au moins que les animaux soient bien traités ce qui est plutôt rare dans les élevages intensifs, au delà du fait que c’est nocif pour la planète.
    Agnès

    • Ludovic Bodin dit :

      Agnès je suis content de lire une végétarienne qui ne soit pas « contre » le fait qu’on mange de la viande. Pour ma part, j’ai toujours considéré que l’homme de part sa position dans le grand organigramme de la nature se trouve bien au sommet mais c’est pas une raison pour faire n’importe quoi avec « la vie » … et a fortiori lorsqu’il s’agit de vie animale ! L’homme veut être le chef du monde .. parfait alors qu’il se comporter de façon exemplaire dans la dignité et le respect !

  3. GBAAD dit :

    Retirer la vie à un animal n’est pas considéré comme du respect, qu’il soit élevés en intensif ou non, ils finissent toujours égorgés à l’abattoir, sans parler de la séparation de leur mère, de l’enfermement, de la castration, du stress à l’arrivé de leur mort, et bien d’autres.
    L’animal n’est plus considéré comme un être à part mais comme un produit de consommation, plus le rendement est bon, mieux c’est, le bien-être animal vient après.
    Je trouve abérrant de parler de respect animale tout en continuant à en manger, ce n’est pas logique…

  4. Bruno dit :

    GBAAD Les animaux sont rarement égorgés, pour des raisons de couts. ( la Suisse est le seul pays qui interdit l’égorgement d’animaux, mais qui autorise a contrario le commerce de peaux, tel que le chat, d’où de nombreuses disparation est plainte en Haute-Savoie )

    Effectivement la consommation quotidienne de viande fait partie des facteurs importants de la dégradation de notre éco-système, de plus d’après des études récentes est favorise certains cancers.

  5. Ludovic Bodin dit :

    Exact Bruno ! Quelques infos sur le sujet dans un de mes premiers billets ici sur ce blog : http://www.bio64.com/198/20g-de-viande-par-jour/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *