Pom, pom, pom, pom !
3 avril 2009
Printemps BIO 2009
8 avril 2009

nousresteronssurterreMardi 7 avril à 21h, retrouvons-nous au Cinéma Royal à Biarritz pour assister à l’avant-première du documentaire français « Nous resterons sur terre » (2007) de Pierre Barougier et Olivier Bourgeois.

La séance sera suivie d’un débat-rencontre animé par Daniel Carmantrand de Planet it’s up to you.

Les changements climatiques inquiètent, les espèces s’éteignent, les ressources s’épuisent, les villes s’étendent.

A travers un jeu de miroirs et de contrastes entre cette nature miraculeuse et l’obsession de l’homme à vouloir la dompter, « Nous resterons sur Terre » regarde la planète d’aujourd’hui dans les yeux et dresse l’état des lieux d’une harmonie qui vacille.

Pouvons-nous inverser le cours des choses ? Le voulons-nous vraiment ?

Avec l’environnementaliste James Lovelock, le philosophe Edgar Morin et les Prix Nobel de la Paix Mikhaïl Gorbatchev et Wangari Maathai, ce film laisse à chacun la liberté d’évaluer le degré d’urgence sur une seule certitude : nous resterons sur Terre…

Évidemment. Notre futur est ici. Mais comment ?

La question brule toutes les lèvres. Les pollutions, les catastrophes industrielles et les changements climatiques ont brusquement révélé la question de la survie de notre planète et avec elle, celle de notre espèce.

Nous sommes en passe d’être rattrapés par nos besoins les plus élémentaires : d’air pur pour respirer, d’eau pour boire, de sols pour s’alimenter, d’un climat stable pour vivre en sécurité.

Depuis des décennies, l’homme moderne et la nature vivent sur la même Terre mais n’appartiennent plus à la même planète.

D’un côté, le progrès et son appétit croissant pour alimenter les demandes urbaines, de l’autre une biodiversité qui s’assèche progressivement et une planète qui s’asphyxie de nos propres inventions.

Au-delà des problématiques environnementales, c’est notre modèle de société dans son ensemble que « Nous resterons sur terre » remet en question, tout en laissant le spectateur à ses émotions, à ses intuitions et à son jugement sur ce qui est juste ou non.”

Lire le dossier de presse.

A écouter RFI