Des repas diététiques dès la maternelle pour lutter contre l’obésité
8 février 2009
Un plus Bio : restauration collective bio et de qualité
12 février 2009

Malgré les intempéries nous avons été, ce samedi 24 janvier, 16 à participer à cette premiere réunion de la « section Biarritz  – Cantine bio ». A ce jour, nous sommes déjà 46 à nous être manifesté(e)s pour encourager cette démarche !
 

COMPTE RENDU de la REUNION « CANTINE BIO »

24.01.09

L’initiative

Quelques parents ont souhaité se retrouver  (du primaire jusqu’au secondaire, du circuit bascophone et non bascophone, laïque et religieux…sur le Pays Basque), pour réfléchir sur comment faire évoluer les cantines scolaires vers le bio.

L’idée est de mettre en commun les réflexions, les expériences, les projets… de chacun. Apprendre à développer des stratégies pour convaincre (parents, établissements et politiques).

Pour construire ce projet, nous pouvons bénéficier de l’appui de certains comme celui de Estebe MOUESCA qui créé une plateforme bio sur le Pays Basque. C’est-à –dire qu’il peut nous apporter des réponses concrètes à nos différents projets.

Goizetik
(Présentation de l’entreprise)

Etat des lieux dans différentes communes en Pays Basque et perspectives
Pour cette première réunion, nous étions 16 participants. A cause de la tempête, beaucoup de personnes n’ont pas pu nous rejoindre. Cependant, ils ont été nombreux à manifester leur volonté à se joindre à cette dynamique.

Cette réunion nous a permis de débattre de nos attentes et de connaître quelques initiatives.

A Bayonne, la cuisine centrale de l’hôpital fournit 2300 repas par jour aux écoles, maison de retraite, hopitaux et leurs personnels. 

Elle travaille sur des appels d’offre de 2-3 ans. Elle envisage de raccourcir la durée à 1 an.
Il y a une vraie dynamique pour aller vers le bio, le fermier et le local.

A Biarritz, il s’agit d’une cuisine centrale qui sert 1400 repas quotidien à l’ensemble de ses écoles primaires, maternelles et créches. 

Pour le primaire, des réunions régulières (préciser le rythme) ont lieu entre des représentants des différentes écoles et (préciser qui)

Il a été négocié que le lundi les enfants n’aient pas de crudités (sinon elles devraient être préparées dès le vendredi). On ne sert plus de surimi.

Le cuisinier est informé si les enfants ont aimé ou non les plats.

A Sainte Marie, initiative des « Jeudis fruits » (A compléter…)

Sur le BAB, il y a un projet de réunir les différentes cantines. Une personne a été embauchée à la CABAB (Corinne COURREGES) pour travailler sur le développement durable. Une de ses missions serait de travailler sur la création d’une cantine scolaire bio pour tout le BAB (Est-ce bien ça ?). 

A Bidart, la mairie impulse une dynamique forte vers le bio. Un buffet bio pour les vœux de la mairie a été organisé en collaboration avec  Estebe MOUESCA.
Le 2 février, projet de repas bio à la cantine. 

A Tarnos, la cantine est en lien direct avec un maraîcher de Briscous. Celui-ci produit en fonction de la consommation à venir.

A Saint Jean Pied de Port, l’intendant est très engagé dans la démarche bio depuis 15 ans. Un repas bio est proposé tous les 2 mois avec l’apport logistique de Estebe MOUESCA. Le lait consommé est bio et local.

A Saint Jean de Luz, un repas bio a été proposé au lycée Ramiro Arrue avec Estebe MOUESCA.

A Hasparren, à Saint Joseph, une action a été menée. (A compléter)

Bizi ona (A compléter)

Quelques questions posées

  • Les difficultés d’approvisionnement en bio. Il est difficile de trouver des maraîchers locaux qui peuvent nous garantir de fournir en quantitié suffisante et tout au long de l’année.
  • Manger bio, oui. Mais si possible local, sinon, au moins fermier.
  • Le coût d’un repas bio est évalué au double d’un repas industriel. Qui va payer la différence.

Des pistes possibles

Il n’est pas possible de passer immédiatement et intégralement en bio.

Il existe 2 options : des actions  ponctuelles (par exemple : un repas par trimestre) ou l’introduction d’un (ou plusieurs) produit(s) à long terme.

Futures réunions

Une rencontre avec Thomas ERGUI, de l’association BLE est envisagée. Elle devrait nous permettre d’affiner le travail.

Isa MONET CAMPET
Coordinatrice Section Biarritz