« une agriculture sans pesticides, simple utopie ou réel défi? »

Un jour végétarien dans les cantines new-yorkaises
12 mars 2010
M&M’s à l’insecte parasite péruvien !
30 mars 2010

Le mardi 23 mars 2010 à 20h30, au cinéma « Le Vauban » de Saint Jean Pied de Port, le lycée de Navarre organise une table ronde puis deux conférences avec Marc Dufumier et Stéphane Veyrat.

Le professeur Dufumier est enseignant-chercheur à AgroParisTech et membre du comité de veille écologique de la Fondation Nicolas Hulot.

Pour ceux qui ne le connaisse pas, Stéphane Veyrat est le dynamique directeur de l’association « UnPlusBio » et il fut le conseiller technique (et même acteur) de notre film, désormais culte, « nos enfants nous accuseront ».

Au programme de cette 2ème édition des journées bio du lycée de Navarre.

  • Matin (1ère partie, 8h30 à 12h30), au Lycée de Navarre : table ronde « Comment pérenniser une politique volontariste d’introduction de produits biologiques dans nos établissements ? », animée par Stéphane Veyrat
  • Midi (11h30 à 13h30) : repas bio fabriqué par le Lycée de Navarre et expositions des travaux des élèves
  • Début d’après-midi (2ème partie : 13h30 à 15h30), au Lycée de Navarre : synthèse des travaux de la table ronde du matin
  • Fin d’après-midi (16h00 à 17h15), au Lycée de Navarre : conférence de Marc Dufumier à destination des élèves. Lancement de la conférence par les élèves des 2 classes pilotes « développement durable » du lycée
  • Soirée (20h30 à 22h30), au cinéma Le Vauban : conférence publique de Marc Dufumier sur le thème « Une agriculture sans pesticides, simple utopie ou véritable défi ?»

Pour en savoir plus sur Marc Dufumier, je vous invite à regarder cette excellente vidéo. Il nous explique que l’on pourrait finalement nourrir correctement chaque terrien et qu’il existe même à l’échelle mondiale, une paradoxale production excédentaire !

11 Comments

  1. Fontvieille dit :

    Les résultats des toilettes fertilisantes dont une approche est donné dans le site merci lombrics ouvre un champ d’alternative important.
    Les transformations en humus par les lombrics des déjections humaines, aussi riche que les fumiers animaux mais dont les éléments fertilisants sont directement utilisable par les racines, les transformation de l’ammoniaque en nitrates font que l’on n’a plus besoin d’eau, ni d’odeur, ni de tuyau. Nous allons faire avec le docteur du CHU qui a le premier analysé cet humus une application en Afrique tropicale

  2. Fontvieille dit :

    Nous allons publier un livre sur notre recherche assainissement(nous savons assainir dans l’humus avec eau , sans eau , avec lombrics, sans lombrics et ceci pour une à plus de 100 personnes . Nous allons maintenant nous consacrer à l’étude de la fertilisation de l’humus . Pour cela nous allons faire en plein champ une fertilisation de légumes avec de l’humus d’origine humaine . Parallèlement nous menons une expérience de jardin sans labours et sans apport extérieur . les lombrics les laboureurs de Darwin sont de la partie

  3. Fontvieille dit :

    Merci a Mr DUFUMIER que j’ai eu le plaisir d’entendre déjà à l’AGRO de Montpellier . Je voudrais lui dire que l’humus d’origine humaine est plus riche que les fumiers animaux et nous n’avons pas besoin de ces derniers pour enrichir le sol . Les humains en utilisant des toilettes fertilisantes produisent chacun 120 litres d’humus Dés que nous aurons mené des expériences plein champs nous en informerons puisque vous avez la compétence pour promouvoir des solutions

  4. fontvieille dit :

    Bonjour Nos arrières grands parents utilisaient les déjections ce qui introduisait des dangers au niveau de l’hygiène . D’ici un mois nous allons faire un essai de fertilisation plein champ de légumes avec de l’humus issue de toilettes à lombrics . Nous prendrons la précaution de faire analyser un témoin d’humus utilisé par un laboratoire du CHU . Nous attendons une confirmation de la haute capacité fertilisante des déjections humaines BernardFontvieille Mercilombrics.com

  5. Fontvieille dit :

    Bonjour

    je vous invite à découvrir le contenu de ma conférence sur les toilettes fertilisantes La nature nous permet d’assainir pour un prix dérisoire tout en produisant de l’engrais

  6. fontvieille dit :

    Bonjour En mission bénévole à Madagascar j’ai confirmé que dans la nature il n’y a qu’un concept pour traiter de l’assainissement et de la fertilisation . J’ai découvert un lycée privé de la Source où le fumier et les bouses de zèbus sont transfomés en humus en bout de stabulation . Cet humus sert aux culture ainsi que le fumier. pour leur permettre de se maintenir en pointe j’ai offert des toilettes fertilisantes en remplacement des latrines. Ces toilettes pourront recevoir 400 élèves filles et garçons .Je suis aussi entrain de faire évoluer les ordures qui générent des tries sans fin . Nous établirons des tas d’humus sur les lieux ou les gens vident leur poubelle . ILs devront envoyer vers l’humus les déchets verts , les graisse etc Enfin je vais lancer un expérimentation de riziére sans labour selon Mosanabu Fukuoka

  7. fontvieille dit :

    Nous avons simplifié la construction des toilettes fertilisantes au point que des villages malgaches s’enflamment pour cette méthode d’assainissement hygiénique et pourvoyeuse d’engrais. Il suffit de faire au sol une surface en ciment de 50 cm de large et 1 mètre 20 de long. Ce ciment a une très légère pente vers un réservoir à urine nitrate . A l’entrée de ce ciment une étagére à hauteur de siège avec un simple trou pour déféquer . L’utilisateur a à sa disposition une caisse pleine d’humus et il met sur sa déjection une petite poignée d’humus pour éloigner les mouches et surtout permettent aux vers du fumier de faire leur travail. Pour ceux qui urinent seulement l’étagère n’existe pas . On peut rallonger la surface en béton en effet il faut donner le temps aux bactéries de transformer l’ammoniaque en nitrate. la surface en ciment est entouré de planches ou de briques c’est à dire que le réservoir à environ 45 à 50 cm de haut c’est amplement suffisant. Si vous êtes très nombreux vous pouvez modifier ces données seulement techniques. Ce réservoir contient de l’humus et des vers du fumier. Pour être sûr que l’on aura suffisamment de lombrics il faut mettre de l’humus dans une petite caisse , y mettre de vers du fumier que l’on récupère dans des composts où dans l’environnement . On doit nourrir cette population animales afin qu’elle se multiplie 0n n’achète pas ces toilettes on en devient le créateur et vous verrez c’est un travail agréable Bon courage

  8. Fontvieille dit :

    Bernard Fontvieille Début Mars Antananarivo

    Bien suur en France ce n’est plus le probléme Mais il y en d’autres aussi grave . Les latrine humus n’utilisent pas l’eau elle ne stocke pas les matiéres fécales ( ce qui est le cas de toilettes à eau) elles ont sans odeurs et sans mouches ? De plus l’humus resultant du travail des lombrics est le meilleurs engrais de la terre et grâce à lui tous les arbres de la planéte poussent avec l’humus
    Pour se doter de toilettes HUMUS, il est nécessaire d’obtenir de l’humus partout où l’on se trouve.
    Avec un jardin, il suffit de disposer d’un compost dans lequel on introduit des déjections animales pour sélectionner les lombrics.
    En l’absence de jardin, on peut mettre dans un seau des déjections animales et des vers du fumier. Il n’y a aucune odeur. On mouille régulièrement et on attend que le contenu du seau devienne HUMUS.
    En Afrique ou à Madagascar, l’humus se trouve dans les dépôts d’ordures. Pour qu’il soit exempt de débris on place sur le sol les végétaux pour qu’ils fermentent et soit transformé en humus par les vers du fumier.

    La possession d’humus est un véritable cadeau pour celui qui l’obtient. Ce matériau très léger, très agréable au toucher, ne tache pas les mains et n’attire pas les mouches. Il sent le sous-bois. Il sert dans la vie de tous les jours à éteindre les odeurs, ne se lessive pas et ne se dégrade pas avec le temps .
    L’humus permet de quitter les latrines où il est difficile de diminuer les odeurs et d’éloigner les mouches Mais surtout le travail permanent des kankana fait disparaitre le stockage
    Voici un exemple de transformation d’une latrine ou les liquides peuvent être évacués grâce à la gravité. Nous avons choisi les mener les petits changements sans interrompre l’utilisation ?
    La préparation
    On dégage le mur pour trouver la base du réservoir
    On mesure et on prévoit probablement de combler une partie du réservoir devenue inutile
    On établit un trou à la base pour vider les liquides (pour éviter les odeurs on fait passer les urines dans un cube plein d’humus assez haut pour que le liquide perde l’odeur)
    On introduit de l’humus dans une masse plus sèche
    Quand la masse fécale est saturée on introduit une grande quantité de kankana mena
    La transformation de la matière fécales en humus
    On attend quelques jours que le travail soit fait .Plus il y a de kankana. Plus vite la transformation aura lieu
    Création possible d’un nouveau réservoir
    Quand on constate que la matière fécale n’existe plus, c’est qu’elle a été transformée en humus. A ce moment on retire l’humus et les kankana. On les stocke dans des caisses
    Avec des briques on comble la partie du réservoir devenue inutile (plus de stockage)
    La partie en haut des briques est cimentée. Le ciment est légèrement en pente vers l’exutoire
    Un trou très petit, si possible une fente, est ménagée juste au niveau du ciment (il faut éviter toute accumulation de liquide)
    Les Nouvelles toilettes
    L’humus et les vers du fumier prennent place dans le nouveau réservoir ( Environ 50 cm d’humus ) Chaque utilisateur met une petite quantité d’humus sur sa déjection pour permettre aux kankana de travailler et éviter les mouches
    Dans tous les autres cas il suffit d’installer des toilettes HUMUS sur le sol.
    Cette façon de construire est valable partout sur la planète.
    Voir le Blog merci lombrics

  9. Fontvieille dit :

    Chimique et humus il n’y a pas de comparaison Tous les arbres de la planéte poussent gra^ce à cet engrais naturel résultant de la digestion des vers de terre ou lombrics qui mangent les feuilles et les racines mortes, les déjections animales etc . Le chimique est concue par l’homme et les conditions de culture sont différentes selonl les sols selon les climats et le plus grave c’est que ces produits détruisent la faune épigée du sol ce qui l’appauvrit en humus

  10. Fontvieille dit :

    Bonjour

    Voici un résumé de mon innovation visible sur le site web Merci lombric

    . On en a un aperçu sur le site Merci Lombric ou le texte a changé . Il contient des informations sur les différentes utilisations de l’humus . A savoir d’abord le pouvoir hautement fertilisant de cet engrais (Mr Marcel Bouché dans son livre « des vers de terre et des hommes montre le rôle de vers à transferrer l’azote vers les racines ) Vous verrez en particulier l’expérience que je méne de culture de légumes sur humus ce qui donne des légumes gouteux et sain. On decouvre aussi les toilettes humus ! Les latrines humus sans odeurs , sans mouches , sans eau et sans stockage de matiéres fécale. Des toilettes en surface . Si des populations se dotent de telles toilettes par leur propre moyen , ils installeront l’hygiéne et aussi une importante augmentation de la producton agricole

  11. Fontvieille dit :

    bernardfontvieille@gmail.com

    Chercheur utilisant la méthode systémique cf mon livre Assainir et fertiliser aux Edition de Terran

    Mise en évidence de l’HUMUS le matériau de base de la terre

    Des américains avouent qu’ils ne pouvaient pas le fabriquer .

    L’HUMUS disparaît de la culture générale
    Il ne se dissolvent pas comme tous les autres matériaux que l’on trouve sur terre. Par exempe vous mettez côte à côte deux tas et vous verser de l’acide chlorhydrique Le tas d’humus reste intact
    Il ne se dégrade pas On le retrouve dans le sol sous forme de couche homogène dans le sol . Vu dans une ferme SI on l ‘enlève on peut le réutiliser sur le champ
    Il ne se lessive pas comme le compost qui lui perd toute vie biologique sous l’effet de l’eau . L’humus se charge d’humidité ,il devient lourd . Par exemple les lombrics n’arrivent plus à se déplacer et ils meurent . Mais l’eau ne se charge de rien. L’humus sec recommence à fertiliser .
    D’ailleurs dans un compost il y a une vie biologique importante alors que dans l’humus on ne trouve que des lombrics et des bactéries du cycle de l’azote
    Il est le meilleur fertilisant de la planète . Tous les feuillus de la terre poussent grâce à moi . Cela n’a rien de comparable avec les engrais chimiques
    IL sert de support de culture .Il n’y a pas que la terre qui joue ce rôle . Par exemple sur un humus en formation à Isotry un noyau d’avocat jété dans les dechets végétaux s’est mis à pousser de façon étonnante . Manifestement ni sur la terre ni avec des engrais chimique cela ne pouvait pas se passer
    L’ humus est aussi un matériau qui éteint les odeurs . Quelle différence entre les stations d’épuration que l’on installe loin des lieux habités dans un lieux peut venté.ou des toilettes à humus
    L’humus est le résultat de la digestion par les lombrics de tous les déchets de la nature . Dans leur circuit tous les éléments pathogènes sont transformés par les bactériophages en phages . C’est à dire que l’humus est toujours un matériau sain
    Le recyclage des dechets de la nature et de leur réutilisation dans la vie de tous les jours est assuré en continue par le couple LOMBRIC-HUMUS . Bien sûr la biodiversité de la nature participe à ce processus

    J’applique ce processus de recyclage des déchets par la nature.

    En France , à La Salvetat sur Agout où je mène une culture de légumes sur support d’humus . Humus provenant de la transformation de fumier de bovin et Humus provenant du compostage des herbes sauvages

    A Madagascar où pour la première fois au Monde j’ai conçu une toilette HUMUS pour plus de 40 personnes . Toutes les odeurs et les mouches ont disparu et les habitants on vu disparaître tout reservoir de stockage des matières fécales . Le Directeur du service du Ministére de l’eau de l’assainissement et de l’hygiène est venu voir .

    Il a décidé d’en construire 3 dans un quartier inondable .Je suis intervenu pour adapter ces bâtiments au recyclage par la nature

    Trouver de l’humus est devenue difficile . Les lombricomposteurs influencés par les américains dénaturaient l’humus en le filtrant trés finement

    J’ai donc en installant une deuxième toilettes humus dans le même quartier chez des gens très pauvres mis en place un atelier de production d’humus . Pour diminuer la pollution des dépôts d’ordures en ville j’ai demandé aux jeunes de récupérer les déchets fermentescibles , légumes et fruits et j’ai ajouté de la bouse de zébus et de la panse .

    Actuellement les 5 toilettes humus sont en activité et nous assurons l’apport d’humus et d’eiseinia foetida

    Cette démarche relève de la volonté d’établir un parfait hygiène pour améliorer la santé

    J’ai appris auprés de la coopérative tata que les lombrics sont une basse de protéines et qu’aussi les lombrics était des acteurs de la santé de l’humain

    Cet élargissement de ma mission humanitaire permettra si on trouve des relais d’établir dans la plupart des familles pauvres de la planéte une autonomie réelle’ en matière d. hygiène, , de nourriture aussi bien en protéines qu’en production agricole et bien sûr de SANTE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *